Article

Manger mieux… Pour travailler mieux !

Les problématiques liées aux habitudes alimentaires des collaborateurs sont aujourd’hui un enjeu-clé pour les entreprises. Ingérence dans la sphère privée ? Pas vraiment, si l’on considère que l’entreprise est, en semaine, le premier lieu de restauration des salariés français.

retour

Un impact avéré sur la productivité

Selon le Bureau International du Travail*, une mauvaise alimentation réduirait en moyenne la productivité d’un collaborateur… de 20 %. Si l’on pense bien entendu à l’absentéisme lié à des pathologies graves comme le diabète ou les maladies cardio-vasculaires… de mauvaises habitudes alimentaires ont, plus généralement, un impact sur la concentration, qu’il s’agisse des coups de fringale ou de carences alimentaires, en fer ou en magnésium par exemple. En revanche, une personne qui se nourrit bien tombe moins souvent malade car elle renforce ses défenses immunitaires.

L’entreprise, source de déséquilibre alimentaire ?

Les rythmes professionnels influent directement sur la façon de s’alimenter. C’est particulièrement vrai pour les personnes travaillant en horaires décalés, mais presque tous les salariés sont impactés. Ainsi, faute de temps, près d’un tiers des Français** mangent en moins de 20 minutes  alors qu’une demi-heure est nécessaire pour que le mécanisme de satiété se mette en marche). 32 % des jeunes actifs sautent même la pause déjeuner.***

* Bureau international du travail-BIT-2005
** Sondage réalisé par Qapa.fr auprès de 22.000 demandeurs d’emploi et recruteurs en juin 2015, répartis sur l’ensemble du territoire français et plus de 15.000 membres sur Facebook.
*** Enquête auprès de la population jeune : des habitudes de vie qui exposent au surpoids et à l’obésité – réalisée par Ipsos pour Doing Good Doing Well.

Sensibiliser les collaborateurs.

Bien manger, ça s’apprend. Temps consacré au repas, composition des menus, aliments à éviter… n’hésitez pas à promouvoir les bons réflexes alimentaires auprès de vos collaborateurs avec des guides ou des ateliers…

Mettre de la nourriture saine à disposition.

Une corbeille de fruits frais en libre accès à l’accueil, la junk-food (barre chocolatée, soda) remplacée par des aliments sains au distributeur ou lors des pots d’entreprise… évitez les fringales à vos collaborateurs tout en les éveillant aux plaisirs d’une alimentation équilibrée.

Créer un espace agréable pour les repas.

35% des salariés apportent leur repas du midi à l’entreprise. Offrez leur un espace équipé et confortable pour les inciter à prendre leur repas tranquillement, la garantie d’une journée sans fringale (et moins de grignotage). Mais également l’occasion de favoriser les échanges entre collaborateurs.

Proposer des ateliers cuisine avec un chef.

Le fait-maison vaut mieux que les plats préparés, souvent trop riches en sel et en sucre. Pourquoi ne pas aider vos collaborateurs à cuisiner eux-mêmes de bons petits plats tout simples grâce aux conseils d’un professionnel ? Une expérience qui sera aussi l’occasion de partager de bons moments en équipe.

Rembourser les conseils d'un diététicien.

Certains collaborateurs auront peut-être besoin d’un accompagnement personnalisé. Un diététicien pourra réaliser un bilan et leur proposer un programme alimentaire ajusté et un accompagnement. Certaines mutuelles d’entreprise, c’est le cas d’Harmonie Mutuelle, peuvent intégrer le remboursement de ces consultations à leurs garanties.

Cet article vous a plu ?

0 0

Votre réponse va nous aider à nous améliorer.

À lire aussi

+ d'articles sur : Prévention et bien-être au travail