Article

Allongement de la vie professionnelle : un capital senior à préserver.

Recul de l’âge de la retraite, entrée plus tardive dans la vie active… le nombre de salariés de plus de 55 ans est en augmentation constante. Une bonne nouvelle pour les entreprises peinant à recruter du personnel qualifié et expérimenté… mais un défi en matière de santé physique et psychologique.

retour

Des capacités physiques en baisse à partir de 55 ans.

Sans stigmatiser les collaborateurs seniors, force est de constater que nos capacités physiques diminuent avec l’âge. Force musculaire, réflexes, vigilance, ouïe et vue sont impactés…Les troubles musculo-squelettiques sont également plus fréquents chez les collaborateurs de plus de 50 ans. Si les professions « physiques » sont les premières touchées, tous les secteurs d’activité sont concernés par un risque accru d’accidents, de maladies et d’arrêts de travail chez les salariés seniors.

Une fragilité psychologique à prendre en compte.

Malgré leur expérience et leur maturité, les collaborateurs plus âgés ne sont pas moins exposés à la pression. Au contraire, ils doivent en effet s’adapter aux évolutions de plus en plus rapides du monde du travail. On pense bien sûr aux nouvelles technologies, mais l’augmentation du rythme de travail, les attentes en matière de flexibilité sont également stressantes. Dans un contexte de compétition réelle ou supposée avec des collaborateurs plus jeunes et la crainte de ne pas pouvoir rebondir en cas de perte d’emploi.

Si la performance de ces collaborateurs passe donc par une attention particulière à la préservation de leur santé, elle passe également par une politique volontaire de gestion des compétences et de l’adaptation des parcours professionnels jusqu’au départ en retraite.

Des visites médicales plus fréquentes.

A partir de 50 ans, prévoyez de contrôler chaque année l’adéquation entre le poste occupé et les capacités physiques du collaborateur.

Aménager le poste de travail.

L’adaptation de l’environnement de travail facilite le maintien dans l’emploi du salarié. N’hésitez pas à consulter le médecin du travail ou un ergonome pour agir.

Aménager l’organisation du travail.

Cette réorganisation peut concerner le temps (travail en temps partagé par exemple), la durée et le rythme du travail. Toutefois, elle peut aussi prendre la forme d’une nouvelle répartition des tâches au sein d’une équipe.

Anticiper le changement de poste.

Une politique permettant de développer des compétences tout au long de la carrière, par la formation notamment, est l’une des clés de la performance de vos collaborateurs seniors. Elle leur permettra d’accéder à des postes plus adaptés à leur âge tout en préservant leur motivation.

Accompagner le départ à la retraite.

Aider le collaborateur à préparer sa « sortie » est une stratégie gagnante pour l’entreprise. Moins angoissé par sa future vie de retraité (et la baisse de revenus qui l’accompagne) le salarié senior sera plus concentré… et plus engagé. Cette démarche permet également d’assurer une transmission des savoir-faire et des compétences plus sereine.

Cet article vous a plu ?

1 0

Votre réponse va nous aider à nous améliorer.

À lire aussi

+ d'articles sur : Prévention et bien-être au travail