Article

Troubles musculo-squelettiques : un mal à prendre à bras le corps.

“Mal du siècle”, les Troubles Musculo-Squelettiques sont à l’origine de 85 % des maladies professionnelles en France. Un chiffre qui ne prend pas en compte la baisse de productivité des collaborateurs (72 % !*) qui “souffrent” en silence. Des affections qui ne touchent pas que les métiers physiques, loin de là.*

retour

Bien au-delà du mal de dos.

Les TMS, ce sont en fait 15 pathologies, causées par la répétition d’un geste ou une mauvaise posture. Ces troubles affectent les tissus qui entourent les articulations (tendons, nerfs, ligaments). Ils peuvent ainsi toucher le dos… mais aussi la nuque, les épaules, les coudes, les genoux, les chevilles et les mains. Le syndrome du canal carpien (engourdissement et picotement dans la main) est aujourd’hui l’un des TMS les plus répandus. Depuis plusieurs années, le phénomène est en augmentation constante en raison, entre autres, de l’accroissement des contraintes de productivité, du vieillissement de la population active et de la pression. Le stress serait en effet un facteur aggravant des TMS.

Un fléau pour toutes les entreprises.

Longtemps surnommé « mal des caissières », les TMS touchent bien entendu en premier lieu le BTP ou l’industrie. Mais aucun secteur n’est épargné. 25 % des salariés du tertiaire sont concernés chaque année. Et cela coûte cher aux entreprises. En plus des coûts directs (les TMS sont la première cause d’absentéisme et d’arrêts maladie), ces pathologies entraînent une diminution de la productivité, de la qualité et sont aussi une grave source de désorganisation.

Car avant d’en arriver à l’arrêt de travail, les TMS, ce sont des douleurs, des migraines mais aussi des troubles de la vue qui perturbent fortement la concentration.

* source : Anact, Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail.

Choisir le bon matériel.

Sièges ergonomiques, postes de travail optimisés, repose-pieds, repose-poignets… en fonction de votre activité, de nombreux équipements permettent aujourd’hui d’améliorer le confort et la sécurité de vos collaborateurs.

Faites intervenir un ergonome.

Un ergonome peut visiter vos bureaux et sites de production et observer les postures de travail et les gestes des équipes. Il pourra vous conseiller sur les mesures à mettre en place mais également animer des ateliers concrets, photos à l’appui, auprès des collaborateurs.

Proposez des bureaux… sans siège.

La posture assise prolongée est l’une des grandes causes de TMS. Prévoyez de surélever une partie des bureaux pour permettre à vos collaborateurs de travailler debout ou assis-debout (sur des sièges adaptés). Vous pouvez également remplacer certains sièges par des ballons swiss ball.

Proposer des séances de massage.

Faire intervenir un masseur ou une masseuse, à la pause déjeuner par exemple, est une bonne idée pour soulager les tensions et prévenir les lombalgies. Et un beau signal d’attention adressé à vos collaborateurs.

Rembourser des séances d'ostéopathie.

L’ostéopathie, la chiropractie, la micro-kinésithérapie ne sont pas prises en charge par l’Assurance maladie. Après une étude sur la fiabilité de leur pratique et le bienfait pour la santé des patients, Harmonie Mutuelle a choisi d’intégrer ces médecines douces à ses garanties.

Cet article vous a plu ?

0 0

Votre réponse va nous aider à nous améliorer.

À lire aussi

+ d'articles sur : Prévention et bien-être au travail