Article

Comment prévenir durablement l’absentéisme en entreprise ?

Défi complexe et ambitieux, la prévention de l’absentéisme exige une démarche méthodique quand l’entreprise veut agir de manière ciblée et efficace. Une approche qui s’appuie sur deux piliers : le diagnostic et la collaboration.

retour

Constituer un comité de pilotage.

En raison de sa complexité, la prévention de l’absentéisme doit nécessairement être une démarche collaborative et paritaire. Elle doit donc passer par un dialogue constructif au sein d’un groupe de travail ou comité de pilotage réunissant des acteurs de l’entreprise qui, tout en partageant une même volonté de faire avancer les choses, apporteront une indispensable diversité de points de vue. Bien entendu, ce groupe devra intégrer des membres de la direction et du service des ressources humaines ; il gagnera également à accueillir des représentants du personnel et des managers. Ils apporteront leur connaissance terrain, et leur implication en amont garantira une plus grande efficacité des actions mises en œuvre.

Cartographier l’absentéisme.

Pour un dialogue serein et concret, le groupe de travail doit pouvoir s’appuyer sur une analyse objective de l’absentéisme propre à l’entreprise, qui dépasse les ressentis individuels. À travers ses données sociales (SIRH) l’entreprise dispose de premiers éléments pour mesurer l’absentéisme sur la base d’indicateurs clés : taux d’absentéisme, saisonnalité, évolution dans le temps, phénomènes de rechute d’absence, durée, fréquence… Ce premier niveau de diagnostic quantitatif permet d’éclairer le phénomène et de poser les premières hypothèses sur les causes réelles de l’absentéisme.

Objectiver précisément l’absentéisme.

Ce premier niveau de diagnostic « descriptif » est toutefois très insuffisant pour identifier avec précision les causes de l’absentéisme. S’il donne une idée du « quoi », il n’apporte qu’une vision floue du « pourquoi ». Face à un problème aussi divers et complexe, de nouveaux modèles statistiques permettent aujourd’hui une compréhension plus fine.
C’est pourquoi Harmonie Mutuelle a conçu des outils innovants de statistique explicative permettant d’identifier et de faciliter la compréhension des mécanismes de survenue des différentes typologies de l’absence.
Il est par exemple possible de modéliser l’impact de la saisonnalité de l’absence ou de l’absentéisme comportemental mais aussi les parcours d’absence longue durée ou du micro-absentéisme. Cette approche statistique et objective se révèle être un outil puissant d’aide à la décision pour le comité de pilotage de l’entreprise.

Co-concevoir un plan d’action.

Une fois l’analyse partagée, les travaux au sein du groupe de travail doit faire émerger des pistes d’actions face aux causes identifiées et les ordonnancer dans un plan d’action en fonction de leur pertinence, leur coût mais également leur acceptabilité sociale. Ce plan peut combiner des actions efficaces à court terme (comme par exemple les rappels au règlement) et des solutions dont les résultats ne se manifesteront que sur la durée (quand il s’attaque à des causes ancrées dans la culture d’entreprise par exemple).
Les modalités de déploiement du plan d’action, leur pilotage et les outils de mesure des résultats doivent bien entendu être intégrés en amont dans ce plan d’action.

Communiquer auprès des collaborateurs.

Une fois validé par la direction, avec le budget associé, ce plan d’action doit être expliqué aux collaborateurs. L’absentéisme est un sujet sensible qui doit être perçu comme une approche bienveillante et non coercitive de la part de l’entreprise. L’adhésion des salariés, et donc l’efficacité du dispositif, sont essentielles.

Se faire accompagner par des spécialistes.

Sujet complexe et délicat, la prévention de l’absentéisme exige expertise et expérience. C’est pourquoi Harmonie Mutuelle a développé des outils innovants de statistique explicative. Cette approche statistique facilite la compréhension de l’absence de courte durée, qui désorganise les services, mais aussi celle de longue durée, qui représente généralement un coût important pour les entreprises. On objectivera par exemple la saisonnalité de l’absence, l’absentéisme « comportemental » ou les parcours menant à l’absence de longue durée. La statistique se révèle alors un outil puissant d’aide à la décision. Cette approche est en outre non intrusive et rapide.

Cet article vous a plu ?

0 0

Votre réponse va nous aider à nous améliorer.

À lire aussi

+ d'articles sur le thème : absentéisme

+ d'articles sur : Gestion des risques humains