Témoignage

Pour l’entreprise, plus que jamais, tout tient dans l’humain…

retour

Quelles sont les tendances en matière de qualité de vie au travail ?

Nora Barsali : Je pense qu’en France se côtoient d’un côté les entreprises de l’ancien monde avec un fonctionnement pyramidal, figé, dans le contrôle permanent. Et de plus en plus des organisations modernes, agiles, en perpétuelle recherche de mieux-être au travail, plaçant le salarié au cœur de l’entreprise. C’est de nos jours tout l’enjeu des RH et de la RSE : donner du sens au travail des collaborateurs et les accompagner sur cette trajectoire vertueuse.

Ces organisations ont compris que l’engagement et la performance peuvent s’obtenir autrement. Mais pour avancer, elles doivent au préalable s’affranchir d’un mode de pensée où la Direction est omnipotente. Passer outre la rentabilité à tout prix est un facteur de stabilité des collaborateurs. C’est le fruit d’un volontarisme, mais aussi d’une logique d’entreprise : le turnover est une perte d’argent ET de compétences. Chaque départ est un « investissement gâché ». C’est pourquoi l’on combat la volatilité en valorisant l’humain, en aidant le salarié à grimper les échelons… et en le faisant savoir !

L’autre tendance observée ces dernières années concerne la montée en puissance du collaboratif. Faire travailler sur des projets associatifs ou humanitaires des équipes hétérogènes en termes de hiérarchie et de métiers, c’est judicieux pour créer de la cohésion et donner un supplément d’âme à son organisation.

Quelles sont les approches de l’entreprise d’aujourd’hui en termes de santé ?

Nora Barsali : La santé en entreprise est davantage axée vers l’anticipation des risques. Cette « soif de prévoir » s’immisce jusque dans la vie quotidienne des salariés, avec notamment le développement des conciergeries, ou encore l’aide aux aidants, s’occupant d’un proche en situation de handicap ou de dépendance.

Dans les petites structures, les moyens, mais aussi le temps manquent pour déployer ce type d’action. Il y a là un vrai paradoxe : 64 %* des salariés des TPE estiment que l’entreprise n’en fait pas assez pour les aider à concilier vie personnelle et professionnelle, alors que le bien-être au travail des Français est meilleur dans les TPE, PME et chez les entrepreneurs indépendants. Il existe un autre paradoxe : les salariés des grands groupes sont les plus gâtés (CE, avantages annexes…), mais pas les plus heureux. Le poids des process et de la hiérarchie engendre du stress. C’est moins le cas dans les entreprises à taille humaine où la convivialité et les rapports plus fréquents avec la Direction favorisent le sentiment de bien-être, voire d’épanouissement personnel.

Quelles best practices vous viennent à l’esprit en matière de qualité de vie au travail ?

Nora Barsali : Il y a chez Harmonie Mutuelle un positionnement novateur et responsable : chacun peut et doit être acteur de sa santé. De nombreux dispositifs ont été instaurés, orientés vers le maintien de la santé et du bien-être tout en répondant aux fragilités des salariés.

Harmonie Mutuelle a été précurseur dans la mise en place de cellules d’écoute et de médiation pour les salariés, s’intégrant dans une politique globale de prévention des risques psycho-sociaux. Il existe un service social assistant les salariés qui rencontrent des difficultés d’ordre personnel : une séparation ou un divorce, un décès, des enfants en souffrance. En outre, les téléconsultations existent depuis 2018 chez Harmonie Mutuelle. Grâce à la plateforme « Mes Docteurs », les salariés peuvent accéder à une consultation gratuite, 24H sur 24H.

Harmonie Mutuelle innove également en créant le premier baromètre d’engagement des salariés établit auprès de 4500 personnes afin de mesurer le niveau et la nature de l’engagement de ses salariés.

Une approche globale centrée sur l’humain, c’est assez exemplaire !

* Observatoire de la Qualité de Vie au Travail

Cet article vous a plu ?

0 0

Votre réponse va nous aider à nous améliorer.

À lire aussi

+ d'articles sur : Prévention et bien-être au travail